Tous les partis fédéraux doivent s’engager à financer l’assurance-médicaments, selon l’AFPC

L’AFPC demande à tous les partis fédéraux d’inclure l’assurance-médicaments universelle à leur plateforme

Jusqu’à présent, seuls le Nouveau Parti démocratique (NPD) et le Parti Vert se sont engagés à financer entièrement un tel régime. La promesse libérale laisse beaucoup à désirer. Quant aux conservateurs, ils ont carrément rejeté une telle initiative.

« C’est très encourageant qu’on veuille investir dans un régime d’assurance-médicaments. Mais ce dont nous avons besoin, c’est d’un régime universel pour que tous et toutes puissent se procurer les médicaments dont ils ont besoin », affirme Chris Aylward, président national de l’AFPC.

Selon le groupe d’experts piloté par Eric Hoskins, ex-ministre de la Santé de l’Ontario, un régime d’assurance-médicaments pourrait être entièrement mis en œuvre d'ici 2027. Son coût? 15 milliards de dollars par année.

Or, ce qui existe en ce moment – une mosaïque de régimes privés, d’assurance payée par les employeurs et, dans certaines provinces, de régimes d’assurance-médicaments – coûte environ 34 milliards par année. Et n’oublions pas les centaines de milliers de personnes laissées pour compte.

Le programme national d’assurance-médicaments proposé par le NPD démarrerait en 2020 et couvrirait tous les médicaments et appareils médicaux nécessaires. Il investirait 10 milliards par année.

Le régime proposé par le Parti Vert démarrerait aussi en 2020-2021 et couvrirait les médicaments d’ordonnance. L’investissement promis s’élèverait à 26,7 milliards par année.

Les libéraux n’ont pas chiffré le coût d’un régime d’assurance-médicaments universel dans leur plateforme. Ils ont plutôt parlé d’un plan d’investissement de 6 milliards en santé comprenant la mise sur pied de l’assurance-médicaments, l’accès à un médecin de famille et un meilleur accès aux services de santé mentale et aux soins palliatifs.

Voici ce que propose le Parti conservateur : une protection accordée uniquement aux personnes n’ayant pas accès à un régime d’assurance-médicaments privé, la réduction du prix des médicaments et un meilleur accès aux médicaments pour les personnes qui n’ont pas les moyens de s’en procurer.

Le Canada est le seul pays au monde ayant un système de santé universel sans offrir à la fois une protection universelle pour les médicaments d’ordonnance. Au Canada, trois millions de personnes ne font pas exécuter leur ordonnance parce qu’elles n’ont pas les moyens de se les procurer, indique le rapport Hoskins.

« Sans régime d’assurance-médicaments universel, nous sommes tous vulnérables; nous pouvons tous passer entre les mailles du filet », ajoute Chris Aylward. Personne ne devrait avoir à choisir entre acheter de la nourriture ou des médicaments.

Sujets: 

1 Octobre 2019