L’AFPC lance une campagne pour stopper les mises à pied injustes à Aéroports de Montréal

Même si les recettes d’Aéroports de Montréal (ADM) n’ont jamais été aussi élevées, le PDG, Philippe Rainville, menace de mettre à pied ces employés s’ils n’acceptent pas de réduire leurs salaires de 31 %. Cette proposition est tout à fait insensée et d’autant plus révoltante quand on connaît le succès financier d’ADM et qu’on sait que le salaire annuel de M. Rainville s’élève à plus de 400 000 $, sans compter sa part du million de dollars versés en primes aux dirigeants.

Les employés touchés sont des membres de l’Alliance de la Fonction publique du Canada qui offrent une vaste gamme de services (sécurité, travail de bureau, soutien administratif, services d’accueil et d’information, etc.).

L’AFPC a lancé une campagne publicitaire sur les médias sociaux et sur les panneaux publicitaires installés le long du chemin menant à l’aéroport. Les publicités invitent la population à exiger que la direction des aéroports cesse ses tentatives avides de réduire les salaires et que le ministre des Transports, Marc Garneau, entre en jeu.

« C’est de la cupidité, pure et simple, déclare Chris Aylward, président national de l’AFPC. Ces travailleuses et travailleurs ont aidé ADM à engendrer des recettes records, mais ce n’est pas assez pour le riche PDG, qui s’en prend maintenant au salaire de son personnel, à leurs familles et au bien-être des voyageurs. »

« Recourir à la sous-traitance en confiant le travail au plus bas soumissionnaire nuira considérablement à la qualité du service offert aux voyageurs qui fréquentent l’aéroport de Montréal, ajoute Yvon Barrière, vice-président exécutif régional de l’AFPC-Québec. Nos membres ont une vaste expérience du secteur aéroportuaire et ont vraiment à cœur d’offrir des services de qualité aux voyageurs. »

L’an dernier, ADM s’est classé au 6e rang des Skytrax World Airport Awards dans la catégorie du meilleur service offert par le personnel aéroportuaire en Amérique du Nord. M. Rainville, PDG d’ADM, avait alors souligné que le prix reconnaissait « la qualité du service et de l’accueil offerts par tous les employés qui sont en contact direct avec les voyageurs ».

L’AFPC attend actuellement des nouvelles de la direction d’ADM au sujet d’une contre-proposition que le syndicat a présentée dans le but d’éviter les mises à pied. 

Ajoutez votre nom

 

Sujets: 

Employeurs: 

20 Février 2019
Share/Save