Pour aider au financement de nouveaux programmes sociaux importants, il faut éliminer les cadeaux fiscaux aux entreprises

L’AFPC accueille favorablement les projets de réforme fiscale visant les entreprises proposés par les partis fédéraux. Augmenter l’impôt des sociétés et fermer les échappatoires fiscales sont deux mesures qui permettraient non seulement de financer des programmes sociaux ambitieux, tels que l’assurance-médicaments et un système pancanadien de services de garde, mais aussi d’investir davantage dans l’économie verte afin de lutter contre les changements climatiques. 

Le NPD et le Parti Vert ont promis d’augmenter considérablement le taux d’imposition des grandes entreprises, en plus de s’attaquer aux échappatoires fiscales et aux stratagèmes d’évitement fiscal, tandis que les libéraux se sont concentrés sur ces dernières mesures. Les trois partis se sont également engagés à prélever une taxe sur le chiffre d’affaires au Canada de Facebook, Google et autres géants du Web.

À part l’imposition d’une taxe aux géants de l’internet, le Parti conservateur ne prévoit pas augmenter l’impôt des entreprises ni s’attaquer aux échappatoires fiscales. Cela signifie que la population canadienne pourrait continuer à payer une part disproportionnée du coût des programmes sociaux.

À l’heure actuelle, en effet, 49 % des revenus de l’État proviennent des particuliers. Les entreprises, elles, ne versent que 15 %. 

Pourquoi? Parce que le taux d’imposition des entreprises a chuté fortement depuis 2000, passant de 28 % à 15 %, ce qui a généré des profits records pour les compagnies canadiennes au cours des deux dernières décennies. Le problème, c’est que les entreprises ont amassé cet argent au lieu d’investir dans l’économie canadienne et dans l’innovation, d’embaucher massivement et d’offrir de meilleurs salaires. 

Comme l’a si bien dit Mark Carney, gouverneur de la Banque d’Angleterre et ancien gouverneur de la Banque du Canada, « cet argent dort dans des comptes en banque ». Lorsque le taux d’imposition est tombé à son plus bas, les entreprises avaient 680 milliards de dollars dans leurs coffres, qui se trouvent, en grande partie, dans des paradis fiscaux. 

Le temps est venu d’utiliser les réserves en liquidité des entreprises au profit des Canadiennes et Canadiens. En augmentant l’impôt des sociétés et en prenant des mesures visant à éliminer les échappatoires fiscales et à empêcher l’évasion fiscale, le gouvernement pourra financer des programmes et des services essentiels. Grâce à ces investissements, le gouvernement améliorera la vie des citoyens et la rendra plus abordable tout en contribuant à une économie forte et durable. 

Pour en savoir plus, consultez le microsite de l’AFPC sur les élections de 2019 et l’article Le Parti conservateur n’est pas dans votre camp.

Sujets: 

16 Octobre 2019