Prévention de la violence et de l’intimidation

Comment définit-on la violence au travail?

Tout agissement, comportement, menace ou geste d’une personne à l’égard d’un employé à son lieu de travail et qui pourrait vraisemblablement lui causer un dommage, un préjudice ou une maladie.

Quels facteurs contribuent au risque de violence en milieu de travail?

  • Travailler auprès du public
  • Manipuler de l’argent, des objets de valeur ou des médicaments d’ordonnance (p. ex. caissiers)
  • Procéder à des inspections ou faire appliquer les règlements (p. ex. fonctionnaires)
  • Enseigner ou fournir des services, des soins ou des conseils (p. ex. enseignants, travailleurs de la santé)
  • Intervenir auprès de personnes instables (p. ex. personnel des services sociaux et du système de justice pénale)
  • Travailler seul ou en petit nombre (p. ex. commis de magasin), ou dans un endroit isolé (p. ex. salle de bains, aire d’entreposage, local d’entretien)
  • Travailler dans un cadre communautaire (p. ex. infirmières, travailleuses sociales et autre personnel de services à domicile)
  • Travailler pendant une période de bouleversements organisationnels (p. ex. grèves, réduction des effectifs)
  • Être membre d’un groupe protégé par la législation sur les droits de la personne, qui est perçu négativement ou stéréotypé par le public (par exemple, Autochtones, personnes ayant un handicap, personnes racialisées, GLBT, etc.).

Comment définit-on l’intimidation?

L’intimidation désigne un comportement répétitif qui vise délibérément à causer du tort à une personne sur le plan physique ou mental. L’intimidation peut être le fait d’un ou de plusieurs individus qui tentent de dominer la victime, par exemple en l’effrayant, en l’offensant, en la dénigrant, en l’humiliant ou en exploitant un de ses points faibles.

Quelles formes prend-elle?

  • Répandre des rumeurs malveillantes, des commérages ou de fausses insinuations.
  • Exclure une personne sur le plan professionnel ou social.
  • Intimider quelqu’un.
  • Miner le travail d’autrui ou nuire intentionnellement à son exécution.
  • Agresser quelqu’un physiquement ou menacer de le faire.
  • Retirer des responsabilités sans raison.
  • Modifier constamment les directives.
  • Fixer des échéances si irréalistes qu’elles ne peuvent que conduire à l’échec.
  • Retenir des informations essentielles ou transmettre délibérément des renseignements       erronés.
  • Faire des blagues « ouvertement offensantes », à haute voix ou par courriel.
  • S’ingérer dans la vie privée d’une personne en la harcelant, en l’épiant ou en la traquant.
  • Confier à quelqu’un une charge de travail ou des responsabilités déraisonnables dans le but de lui nuire (pour créer une pression indue).
  • Confier une charge de travail insuffisante pour créer un sentiment de futilité.
  • Crier ou proférer des jurons.
  • Critiquer une personne de façon persistante ou constante.
  • Rabaisser l’opinion d’autrui.
  • Bloquer une demande de formation, de congé ou de promotion.
  • Jouer avec les effets personnels ou l’équipement de travail d’une personne.

Quelles sont les répercussions?

  • Absentéisme
  • Roulement élevé du personnel et difficulté à en recruter
  • Risque accru d’erreur et d’accident
  • Stress
  • Baisse de la productivité, du moral et de la motivation

Que faire?

  • Restez calme.
  • Si possible, dites fermement à la personne que son comportement n’est pas acceptable et demandez-lui d’arrêter.
  • Demandez qu’un superviseur, un délégué syndical ou un membre du syndicat soit présent au moment de communiquer avec cette personne.
  • Prenez des notes (dates, témoins, commentaires, etc.).
  • Demandez l’aide du syndicat : nous sommes là pour vous aider!

Quelles sont les responsabilités de l’employeur?

  • L’employeur a l’obligation légale de s’assurer que le milieu de travail (dont il est responsable) est exempt de harcèlement, de discrimination, de violence et d’intimidation.
  • L’intimidateur doit être avisé que ses actions ne seront pas tolérées et qu’il s’exposera à des mesures disciplinaires si son comportement persiste.
  • L’employeur doit également scruter de près les interactions de l’intimidateur avec le personnel et la clientèle jusqu’à ce que sa conduite rentre dans l’ordre.
  • L’intimidateur devrait suivre des ateliers de gestion de la colère et de respect au travail.
  • Comme les intimidateurs ont souvent eux-mêmes été victimes d’intimidation, l’employeur devrait encourager la personne qui se comporte de la sorte à recourir au programme d’aide aux employés.
  • Tout intimidateur qui menace de blesser ou d’agresser quelqu’un doit être dénoncé auprès des services policiers. Il faut alors remplir un rapport d’incident et le soumettre à l’employeur sur-le-champ.

Sujets : 

6 Octobre 2015