Le président du SEPC s’adresse au comité parlementaire à propos du groupe de travail sur la Société canadienne des postes

Le 21 septembre, François Paradis, président national du Syndicat des employés des postes et communications, un Élément de l’AFPC, a comparu devant le Comité permanent de la Chambre des Communes. Lors de son témoignage, il a partagé les préoccupations de notre syndicat ayant trait au dernier document de travail publié par le groupe de travail qui portait sur la Société canadienne des postes.

Le confrère Paradis a tenu à souligner qu’en 2015, les Canadiennes et les Canadiens ont voté pour un changement. Toutefois, le groupe de travail a recommandé des mesures bien plus nombreuses que celles présentées sous le gouvernement conservateur à savoir des coupures dans les services, dans les emplois, une augmentation des prix et voilà l’histoire se répète.

Aucune mention sur la sous-traitance et la rémunération des cadres supérieurs 

Le confrère Paradis a fait savoir aux membres du comité être préoccupé par le document de travail qui n’aborde aucunement la question de la sous-traitance au sein de la Société canadienne des postes.

Le confrère Paradis a déclaré que « La sous-traitance non seulement laisse les bénéfices sortir du pays mais porte également atteinte à la stabilité et à la qualité de l’emploi ».

Une autre question qui ne figure pas dans le rapport à savoir la structure de gestion de la Société canadienne des postes et la rémunération des cadres supérieurs.

Fermetures et privatisation

Le groupe de travail reconnait que les Canadiennes et les Canadiens qui résident en milieux ruraux ont exprimé leurs préoccupations en ce qui a trait à l’impact qu’aurait la fermeture des bureaux de poste au sein de leur communauté.

Toutefois, leur réaction à ces préoccupations est soit de fermer tous les comptoirs postaux en place de la Société canadienne des postes, y compris ceux en milieu urbain ou de les convertir en franchises.

La fermeture ou les franchises signifie une perte de services de même qu’une perte d’emplois de qualité au sein de nos communautés.

Régime de pension

Le confrère Paradis a parlé également des options suggérées par le groupe de travail ayant trait au régime de pension. Une des suggestions s’avère être une exemption permanente sur le versement des paiements de solvabilité requis par la Loi sur les prestations de pension. Ces exigences ont été présentées en partie pour répondre à l’insolvabilité des employeurs au sein du secteur privé.

« Nous croyons que les règlements sur la capitalisation du déficit de solvabilité ne sont pas nécessaires et sont contre-productifs » de déclarer le confrère Paradis. « Comme plusieurs autres entités du secteur parapublic et public, le risque est très faible à savoir que la Société canadienne des postes cesse ses activités dans un proche avenir ».

La Société canadienne des postes : une responsabilité envers le public

« La Société canadienne des postes n’est pas juste une autre entreprise. Elle a une responsabilité envers le public » de conclure le confrère Paradis. « Elle joue également un rôle à savoir de fournir des emplois stables, de générer des nouvelles occasions d’affaires pour les prochaines générations qui seront meilleures que des emplois précaires ».
 

Sujets: 

Employeurs: 

3 Octobre 2016
Share/Save