Le personnel civil des bases militaires veut réduire l’écart salarial

Le 31 octobre, le personnel civil travaillant sur les bases des Forces canadiennes a dressé des piquets d’information devant des bases à l’échelle du pays. Son but était de dénoncer un problème qui dure depuis longtemps : l’inégalité des salaires.

D’une base à l’autre, les grilles salariales ne sont pas du tout uniformes. Exemple : un adjoint administratif à Valcartier est payé 40 % de moins qu’un autre effectuant exactement le même travail à Ottawa.

Et ils sont moins bien payés que leurs homologues de l’administration centrale fédérale. Exemple : la cuisinière en chef à Valcartier touche environ 14 $ l’heure, alors qu’une cuisinière en chef travaillant dans une des cuisines du MDN (un employeur du Conseil du Trésor) est payée 19 $ l’heure, soit 30 % de plus.

Ces employés sont membres de l’Union des employés de la Défense nationale (UEDN), un Élément de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC). Ils travaillent dans 10 bases militaires un peu partout au pays en tant que personnel de soutien administratif et de l’exploitation.

« Les grilles salariales sont inadéquates et manquent d’uniformité d’une base à l’autre », déplore Cathy O’Kane, vice-présidente (FNP), UEDN. « Ces employés sont parmi les fonctionnaires fédéraux les moins bien payés au Canada. »

Des négociations sont en cours dans toutes les unités de négociation, sauf BFC Suffield. À la BFC Valcartier, les négos ont abouti à l’impasse.

Visitez l’album-photos de la mobilisation.

Sujets: 

6 Novembre 2019