Négociation pour le groupe PA : l’employeur reste inflexible

L’équipe de négociation du groupe PA a tout fait pour conclure une entente avec le Conseil du Trésor, mais en vain! Encore un fois, ce dernier s’est présenté sans le mandat de discuter véritablement de nos principales revendications.

C’était la onzième séance de négociation en 26 mois depuis que les parties ont échangé leurs propositions en juillet 2014.

Le groupe PA, avec ses quelque 70 000 membres, est la plus grande unité de négociation au Canada. Nous avons essayé, encore et encore, d’amener le Conseil du Trésor à négocier sérieusement sur les grandes préoccupations de nos membres, soit : la mise à jour de normes de classification désuètes, l’adoption de normes de travail minimales pour les centres d’appel, la conciliation travail-vie personnelle et une rémunération convenable.

Deux ans sans contrat de travail!

L’employeur nous a fait savoir qu’il n’allait pas considérer nos propositions relatives aux augmentations économiques générales puisqu’il n’avait pas terminé son « étude comparative de la rémunération ». Pourtant, plus de deux années se sont écoulées depuis l’expiration de la convention collective des PA.

La semaine dernière, le Conseil du Trésor a posé un seul geste d’une réelle importance : il nous a présenté une contre-offre sur le protocole d’entente sur un examen de la structure des groupes professionnels et une réforme de la classification que nous avions soumis en juillet 2014. Nous étudions ce document.

Par ailleurs, il a officiellement retiré sa proposition visant à limiter à une année la période de rétroactivité pour le paiement des ajustements salariaux.

Pour sa part, l’équipe du syndicat a passé en revue les questions qui restent à régler et a présenté une proposition pour renouveler le Programme d’apprentissage mixte.

Gouvernement libéral, programme conservateur

Le nouveau gouvernement nous a promis des jours meilleurs, pourtant nous ne voyons aucune amélioration ni dans les négociations ni dans la gestion des lacunes du système de paye Phénix.

Aucune autre séance de négociation n’est prévue en ce moment, mais nous nous préparons pour la suite des choses. L’AFPC veut continuer les discussions, à une condition : que l’employeur modifie véritablement son offre.

Sujets: 

Employeurs: 

16 Septembre 2016
Share/Save