*MISE À JOUR* - Entente de principe entre le groupe EB et le Conseil du Trésor

EB bargaining team

 

L’AFPC et le Conseil du Trésor ont conclu une entente provisoire pour le groupe Enseignement et bibliothéconomie (EB), qui comprend plus de 900 fonctionnaires fédéraux. L’entente comprend des avancées importantes sur les enjeux communs à tous les membres de l’AFPC, comme les congés de maladie et le réaménagement des effectifs, dont les détails ont été négociés en décembre dernier par le comité des enjeux communs. L’équipe EB a également obtenu des rajustements selon le marché pour toutes les classifications.

« Une autre belle victoire à notre actif! Les négociations avec le Conseil du Trésor ont été, encore une fois, particulièrement difficiles », a déclaré Robyn Benson, présidente de l’AFPC. « Si nous avons une entente aujourd’hui, c’est grâce au travail acharné et à la détermination de notre équipe de négociation ainsi qu’au soutien sans faille de nos membres durant cette ronde. »

Une entente sur les enjeux communs pour les cinq tables

Les enjeux communs sur lesquels nous nous sommes entendus avec l’employeur, en décembre dernier, doivent être acceptés à chacune de cinq tables de négociation avec le Conseil du Trésor. Le groupe EB est le deuxième à adopter officiellement les ententes négociées par le comité des enjeux communs, lesquelles englobent les congés de maladie et le réaménagement des effectifs.

Congés de maladie

  • Les congés de maladie prévus dans nos conventions collectives demeurent les mêmes.
  • Nous avons convenu d’établir un groupe de travail qui recommandera des moyens d’améliorer le bien-être des employés et d’aider ceux et celles qui reviennent d’un congé de maladie à bien réintégrer leurs fonctions.
  • Toute autre bonification du régime sera négociée et approuvée par les deux parties.
  • Le protocole d’entente conclu avec le gouvernement respecte les quatre principes de l’AFPC : les congés de maladie demeureront dans la convention collective, le salaire sera remplacé, les congés accumulés seront protégés et le régime ne sera pas administré par un fournisseur externe. Toute amélioration apportée au régime de congés de maladie sera fondée sur ces quatre principes.

Réaménagement des effectifs

  • Nous avons négocié la plus importante amélioration en ce qui a trait au réaménagement des effectifs depuis l’ajout de cet appendice à nos conventions collectives en 1998.
  • En cas de réaménagement des effectifs, les fonctionnaires se verront offrir la possibilité de quitter d’eux-mêmes la fonction publique, ce qui réduira les licenciements involontaires.
  • Les employés auront maintenant jusqu’à quinze mois pour trouver un échange de poste qui leur convient.
  • Le syndicat aura un plus grand rôle à jouer et les membres pourront demander à être représentés durant le processus de réaménagement.
  • Le gouvernement limitera le recours à la sous-traitance.
  • Les dispositions monétaires, y compris l’indemnité d’études et les mesures de soutien à la transition, ont été bonifiées.

Gains monétaires

L’entente du groupe EB engendrera d’importants gains monétaires pour les membres : augmentations de salaire et rajustement selon le marché pour toutes les classifications. Dans l’ensemble, il s’agit d’une augmentation d’au moins 5,5 % sur quatre ans à laquelle s’ajoute une prime à la signature de 650 $. L’augmentation salariale sera donc de 1,25 % par année, plus un rajustement au marché de 0,5 % à 4 % pour l’année 2016.

L’AFPC a également négocié un nouvel appendice visant à établir un taux de rémunération national pour les enseignants sous le régime de rémunération de 12 mois (sous-groupe ED-EST). Parmi les autres gains réalisés, mentionnons : une indemnité pour les membres EB qui travaillent à Service correctionnel Canada et un soutien accru pour les enseignants des Premières Nations.

Plus d’aide pour les familles

Nous avons convenu de mettre sur pied un comité chargé d’examiner les besoins en matière de garde d’enfants. Nous avons également bonifié les dispositions sur les congés pour obligations familiales, qui tiennent compte désormais des traditions autochtones.

Autres gains importants

L’identité et l’expression de genre feront désormais partie des motifs de discrimination illicite énumérés dans la convention collective.

À la nouvelle convention collective s’ajoutera également le protocole d’entente ayant mené à la création, en 2015, d’un groupe de travail sur la santé mentale. Ce groupe s’affaire depuis l’an dernier à trouver des moyens de réduire et d’éliminer les préjugés associés aux problèmes de santé mentale, d’améliorer la communication au sujet des défis de santé mentale au travail et de mettre en œuvre la Norme nationale du Canada sur la santé et la sécurité psychologiques en milieu de travail.

Sujets: 

Employeurs: 

25 Janvier 2017
Share/Save