L’équipe de Parcs Canada avance ses revendications

Il y a eu des progrès à la table de négociation du 28 au 30 mai lorsque l’équipe de l’AFPC a rencontré les représentants de Parcs Canada à Ottawa. 

Le syndicat a discuté d’enjeux importants comme la santé mentale en milieu de travail et l’amélioration du congé de maternité et du congé parental, tout en insistant sur la parité avec l’administration publique centrale. Il a aussi été question de l’amélioration des conditions d’emploi des gardes de parc, des services de garde et de l’adhésion au Conseil national mixte.

Parité pour les gardes de parc

L’équipe a déposé un nouvel article qui harmoniserait les conditions d’emploi des gardes de parc avec celles d’autres travailleuses et travailleurs chargés de l’application de la loi, notamment :

  • la conversion des postes saisonniers en postes annuels
  • un régime de retraite anticipée après 25 ans de service, comparable à celui d’autres agents d’application de la loi
  • un programme approprié de soutien en santé mentale
  • une meilleure indemnisation et une meilleure protection juridique pour les questions de responsabilité
  • des normes équitables pour les gardes de parc, qui ne surpassent pas celles des agents de la GRC
  • du temps d’entraînement sur le maniement des armes à feu pour les gardes tenus d’en porter une.

Création d’un comité mixte sur les services de garde

Après avoir présenté à l’employeur un exposé sur la crise des services de garde, l’équipe syndicale lui a proposé de créer un comité mixte portant sur cet enjeu. L’exposé mettait en lumière les principales préoccupations concernant les services de garde telles que l’insuffisance et le coût élevé de ces services, ainsi que l’horaire atypique du personnel des parcs, qui exacerbe le problème. 

La recherche montre que l’amélioration de l’accès aux services de garde présenterait une foule d’avantages pour l’employeur : plus de facilité à recruter le personnel, baisse du taux d’absentéisme, milieux de travail plus sains et meilleurs taux de rétention.

La création d’un comité mixte permettrait aux deux parties d’unir leurs efforts pour mieux comprendre les défis des employés de Parcs Canada en matière de services de garde et de trouver les meilleurs moyens de répondre à leurs besoins. 

Adhésion au Conseil national mixte

L’équipe a exposé à l’employeur les avantages de l’adhésion au Conseil national mixte (CNM). L’un d’eux serait d’aider les membres de Parcs Canada à atteindre la parité avec l’administration publique centrale.

Le CNM permet au gouvernement fédéral, à titre d’employeur, et aux syndicats de la fonction publique d’élaborer ensemble des directives, de se consulter et d’échanger de l’information. Il s’agit d’une tribune où les parties collaborent pour résoudre les problèmes, assurer l’application uniforme des conditions dans l’ensemble de la fonction publique et discuter d’enjeux importants comme les postes isolées, les logements de l’État, les voyages, la réinstallation et l’aide au transport quotidien.

Plusieurs autres unités de négociation de l’AFPC siègent déjà au CNM, notamment les membres de l’Agence canadienne d’inspection des aliments, du Centre de la sécurité des télécommunications et du Conseil du Trésor.

Prochaine séance de négo

Les deux parties se rencontreront de nouveau à la fin juillet.

Sujets: 

Employeurs: 

3 Juin 2019