Guidés par le passé, marchons vers l’avenir : le Mois de l’histoire des Noirs 2020

Le Mois de l’histoire des Noirs souligne la prodigieuse contribution que les personnes d’ascendance caribéenne et africaine ont apportée à notre société, malgré leur combat perpétuel pour l’équité et la justice sociale. C’est une occasion de reconnaître la force et la résilience des personnes noires au Canada et de réfléchir à ce que nous pouvons faire pour lutter contre la discrimination dans nos communautés.

Cette année, le gouvernement canadien a choisi « Canadiens d’ascendance africaine : Guidés par le passé, marchons vers l’avenir » comme thème du Mois de l’histoire des Noirs. Il s’est inspiré du thème qu’ont adopté les Nations Unies pour la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine (2015-2024), soit « Personnes d’ascendance africaine : reconnaissance, justice et développement ».

L’emblème du Mois des Noirs 2020 est l’oiseau Sankofa, mot qui signifie « retour aux sources » en langue twi du Ghana. Ce mot s’inspire d’un ancien proverbe selon lequel il n’y a aucun mal à apprendre du passé, ce qui rejoint l’esprit du Mois, c’est-à-dire la nécessité de réfléchir au passé pour bâtir un avenir prospère.

Réfléchir au passé

S’il veut que le thème ait un sens, le gouvernement fédéral doit reconnaître et tenter d’éliminer le racisme historique qu’ont subi les personnes d’ascendance caribéenne et africaine à cause de la colonisation et de l’esclavage, mais aussi à cause des politiques et des lois racistes en matière d’immigration, d’éducation, de justice pénale, d’économie et d’emploi qui continuent à opprimer et à marginaliser leurs communautés.

En 2019, le gouvernement fédéral a annoncé la stratégie canadienne de lutte contre le racisme 2019-2022, motivé par le fait que les crimes haineux fondés sur la religion, la race ou l’ethnicité avaient augmenté de 47 % en 2017. La stratégie prévoit du financement pour des activités communautaires, notamment des programmes de promotion de la santé mentale chez les jeunes Noirs, ainsi que pour des projets visant à habiliter et dynamiser les communautés noires du pays. C’est un pas dans la bonne direction, mais le chemin est long. S’il veut véritablement s’attaquer au racisme anti-noir, le gouvernement fédéral doit examiner les effets délétères de ses lois, politiques et pratiques sur ces communautés. Nous attendons toujours qu’il pose des gestes concrets en ce sens. 

Marcher vers l’avenir

Tout au long du Mois de l’histoire des Noirs, l’AFPC mettra en vedette les réalisations de ses membres qui s’identifient comme personnes noires ou comme personnes d’ascendance caribéenne ou africaine. Beau temps, mauvais temps, ils fournissent des services essentiels à la population, en plus de militer au sein de leur syndicat et de jouer un rôle clé dans le renforcement du mouvement syndical. Ils sont plusieurs à faire du bénévolat dans leurs communautés en organisant des activités rassembleuses, en faisant de la sensibilisation et en luttant contre l’injustice sociale. Grâce à eux, la société et le mouvement syndical de notre pays jouiront d’un avenir prospère marqué au coin de la diversité. Nous nous devons de reconnaître leur excellent travail non seulement en février, mais toute l’année.

En ce mois de février, célébrons ensemble les nombreuses réalisations de la communauté noire du Canada, et inspirons-nous du passé pour bâtir un avenir meilleur.

Sujets: 

31 Janvier 2020