Groupe Services de l’exploitation (SV) dépose ses propositions

Les négociations collectives avec le Conseil du Trésor ont repris cette semaine pour les unités qui représentent environ 90 000 fonctionnaires fédéraux.

Voici un résumé des principales revendications présentées à la table du groupe Services de l’exploitation (SV), qui est composé de fonctionnaires responsables de l’exploitation des immeubles et des services fédéraux, dont les pompiers, les ouvriers qualifiés, les magasiniers, les cuisiniers, les travailleurs du milieu hospitalier, les gardiens de phare et les équipages de navires.

Aperçu des enjeux de négociation collective

Du rattrapage à faire

Les membres de nombreuses classifications des SV sont beaucoup moins bien payés que leurs homologues des quatre coins du Canada. L’équipe de négociation réclame un examen conjoint et détaillé de la rémunération des SV. La dernière en date révélait des écarts salariaux considérables entre le groupe SV et ses comparateurs.

Conciliation travail-vie personnelle

L’équipe de négociation présente plusieurs revendications qui permettront aux SV de mieux concilier travail et vie personnelle et de mener une vie plus heureuse et plus saine, notamment :

  • la réduction des heures de travail à 37,5 heures par semaine, sans perte de salaire ou d’avantages sociaux. La durée de travail de nombreux membres de l’unité de négociation est encore de 40 à 42 heures par semaine, tandis que celle de la majorité des fonctionnaires fédéraux est normalement de 37,5 heures;
  • l’augmentation de l’indemnité de disponibilité. Lorsqu’ils sont en disponibilité, les membres estiment que leur vie ne passe pas en premier et ils veulent être rémunérés équitablement pour leur temps;
  • plusieurs améliorations au chapitre des congés, y compris les congés pour obligations familiales, les congés de deuil et les congés avec étalement du revenu.

Protection contre la sous-traitance

Les emplois dans la fonction publique sont constamment menacés de privatisation, surtout ceux des membres du groupe SV qui travaillent dans le secteur de l’alimentation. Les entrepreneurs privés ne sont pas toujours assez formés et sont tenus de respecter des normes de sécurité moins strictes, ce qui compromet la sécurité publique. L’équipe négocie pour qu’il n’y ait pas de clauses de sous-traitance dans la convention collective.

Reconnaissance des dangers au travail

L’équipe de négociation veut apporter plusieurs changements au congé pour accident du travail. En ce moment, les employés bénéficient d’une indemnité pour accident du travail pendant une période fixée par l’employeur. Le nouveau libellé stipulera que les membres seront indemnisés pendant la période autorisée par la commission des accidents du travail de leur province, qui tient compte de la gravité de la blessure et du temps nécessaire pour se rétablir.

Les changements élargiront également la portée des blessures couvertes et incluront les traumatismes émotionnels et de nombreuses maladies liées au travail, comme les cancers touchant les pompiers et autres travailleurs qui, dans l’exercice de leurs fonctions, sont exposés à des produits chimiques nocifs.

Sujets: 

Employeurs: 

22 Juin 2018
Share/Save