Le groupe des programmes et de l’administration dépose ses propositions

Les membres du groupe Programmes et Administration (PA) de l’Alliance de la Fonction publique du Canada travaillent dans divers secteurs : administration des programmes, services de l’information, communications, secrétariat, mécanographie, services administratifs, programmes de bien-être social, travail de bureau et traitement des données.

Survol des revendications du groupe PA

Rémunération et avantages sociaux

Notre équipe PA a soumis plusieurs propositions reliées aux avantages salariaux, notamment : une proposition visant à rémunérer les heures supplémentaires au tarif double et à les verser selon la préférence des personnes salariées, en espèces ou en congé compensatoire. Notre équipe propose aussi d’augmenter lemontant de l’indemnité de repas accordée durant les heures supplémentaires. Soulignons que les propositions touchant les taux de rémunération seront déposées à une date ultérieure.

Obligations familiales et celles liées à la maternité

NotreéquipePA demande la révision de la définition de la famille pour y ajouter tout membre de la famille ou toute personne qui tient lieu de membre de la famille sous la responsabilité de l’employé-e. Pour y arriver, notre équipe demande de doubler la période allouée durant ce congé payé, passant ainsi de 37,5 heures à 75 heures par année financière. De plus, notre équipe a déposé une proposition visant à ajouter la période d’allaitement à l’article portant sur la réaffectation ou les congés liés à la maternité.

Conciliation travail-vie privée

Le travail par poste a d’énormes répercussions sur les personnes salariées et leur famille. Par conséquent, nous demandons que l’employeur ne puisse pas convertir des travailleurs de jour en travailleurs par poste et vice versa. Il ne devrait pas non plus établir des quarts rotatifs sans le consentement express du syndicat. Aussi, notre proposition au sujet du télétravail consiste à empêcher l’employeur de refuser les demandes de télétravail de son personnel sans motif valable. 

Prime de connaissances linguistiques 

Pour une question d’équité, nous estimons que l’employeur doit rémunérer les personnes salariées qui doivent utiliser une langue autochtone dans le cadre de leur travail sous forme d’une prime de connaissances linguistiques.

Sujets: 

Employeurs: 

22 Juin 2018
Share/Save