Donnez-nous des places en garderie, pas des chèques

Cette semaine, le gouvernement conservateur a envoyé des chèques bonifiant la prestation universelle pour la garde d’enfants (PUGE).

Selon le gouvernement, la PUGE est conçue pour « venir en aide aux familles canadiennes […] et appuyer leurs choix en matière de garde d'enfants par l'entremise d'un soutien financier direct ».

Curieusement, le ministre responsable de l’émission de ces chèques, Pierre Poilievre, ne chante pas la même chanson dans ses gazouillis. Ce qu’il en dit? Le chèque arrive pile au moment où les parents doivent faire les achats de la rentrée.

Il n’a pas tort. Mais cet argent a très peu à voir avec les services de garde.

  • Un chèque, ce n'est pas la même chose qu'une place en garderie. Seulement un enfant sur cinq a accès à une place en garderie réglementée. Le chèque mensuel n’aide aucunement à obtenir des services abordables et de qualité.
  • Même bonifiée, la PUGE contribue très peu à améliorer l’accessibilité des garderies. Les services de garde sont la deuxième dépense en importance des familles canadiennes. Au Canada, le coût des services de garde varie en moyenne de 900 $ à 1 800 $ par mois par enfant. Pour les parents qui élèvent leurs enfants à la maison, la PUGE est loin de compenser la perte de salaire.
  • Notons également que la PUGE est imposable. Avec l’abolition du crédit d’impôt pour enfants, les parents recevront bien moins d’argent au final qu’on le pense.
  • Selon le directeur parlementaire du budget, plus de la moitié des personnes qui reçoivent la PUGE ne déboursent pas de frais de garde de toute façon.
  • La PUGE a vu le jour en 2006. Dès son arrivée au pouvoir, Harper a abruptement annulé tous les accords conclus avec les provinces et territoires, anéantissant du même coup la mise sur pied du  programme national de services de garde à l’enfance tant attendu.

Plutôt que d’envoyer des chèques qui n’appuient en rien les services de garde, le gouvernement devrait investir dans un programme de service de garde universel et abordable. Il est prouvé que cet investissement est rentable, contribue à une société plus juste et renforce l’économie.

Le ministre Poilievre affirme que la bonification de la PUGE est un cadeau de Noël en juillet pour les parents. Comment célébrer ce soi-disant cadeau quand on n’a pas accès à des services de garde sécuritaires et abordables? Le 19 octobre prochain, donnons-nous une vraie raison de célébrer en votant pour un meilleur gouvernement.

Pour en savoir plus : syndicatafpc.ca/services-de-garde-denfants

Sujets: 

24 Juillet 2015
Share/Save