Conciliation travail et rôle d’aidant : quelles conséquences?

Selon une enquête nationale sur la conciliation des rôles d’employé, de parent et d’aidant, le stress lié à la prestation de soins aux proches a des répercussions sur les travailleurs. Plus de 3300 employés canadiens ont participé à l’enquête menée en 2015-2016. L’AFPC a en fait la promotion sur son site Web et de nombreux membres de l’AFPC se sont prêtés au jeu.

Prendre soin d’un membre de la famille peut être écrasant

L’enquête était centrée sur les personnes qui travaillent et prennent soin des aînés, des enfants ou les deux.

Voici ce qu’il en est ressorti :

  • Les parents et les aidants sont surchargés en raison de leurs responsabilités liées au travail, à la famille et à la prestation de soins aux proches.
  • Les participants passent de longues heures au bureau et nombre d’entre eux ramènent du travail à la maison le soir.
  • Les participants passent en moyenne près de 23 heures par semaine à s’occuper des personnes à charge.
  • De nombreux participants font état de niveaux élevés de stress (70 %), d’humeur dépressive (50 %).
  • Les participants sont d’avis que leur santé physique est également touchée.

Les répercussions sur le travail

L’enquête révèle que les responsabilités liées au rôle d’aidant ont un énorme impact sur la vie professionnelle.

  • Près d’un participant sur quatre a déclaré avoir songé, au moins une fois par semaine, à quitter son emploi.
  • Les soins aux aînés sont la cause des taux plus élevés d’absentéisme au travail.

Il ressort clairement de cette étude que la conciliation travail - vie personnelle peut entraîner un certain nombre de conséquences négatives pour l’employeur, notamment une réduction de la productivité, un taux d’absentéisme plus élevé et une réduction des heures de travail. Il est donc évident que les employeurs bénéficieraient tout autant que les employés de politiques et d’avantages sociaux axés sur les aidants.

Les travailleuses et travailleurs ont besoin du soutien des employeurs

Les participants devaient se prononcer sur les types d’avantages et de politiques qu’ils trouvent utiles.

Voici les plus efficaces, selon les résultats :

  • Les avantages adaptés à la vie familiale tels que des horaires de travail flexibles, des congés personnels à court terme payés et des congés compensatoires équivalents aux heures supplémentaires effectuées.
  • Des politiques officielles qui tiennent compte des enjeux liés à la prestation de soins.
  • Des services d’aiguillage en matière de soins aux aînés aux proches.

Le travail flexible est l’avantage le plus prisé parmi les participants.

Ce sujet demeure une priorité de l’AFPC pendant les négociations, et les résultats de cette enquête appuieront notre cause pour des dispositions plus souples et plus favorables à la famille dans les conventions collectives. L’AFPC poursuit également sa campagne pour un programme de services de garde d’enfants abordable, accessible et doté de ressources adéquates, lequel offrira des choix de services de garde plus fiables aux parents qui travaillent.

Contexte

L’enquête nationale sur la conciliation des rôles d’employé, de parent et d’aidant est une étude menée par Linda Duxbury au nom du Consortium canadien en neurodégénérescence associée au vieillissement (CCNV). Professeure à l’École de commerce Sprott de l’Université Carleton, Linda Duxbury est une spécialiste canadienne des questions de conciliation travail-vie personnelle.

Le sondage s’adressait à tous les aidants qui travaillent. L’étude avait pour but de mettre en relief les défis que doivent relever les employés-aidants et de justifier des changements aux conditions actuelles. Ces renseignements permettront à l’AFPC de mieux défendre les intérêts des employés-aidants.

 

Sujets: 

21 Mars 2018
Share/Save