Campagne contre la privatisation des centrales de chauffage dans la RCN

Chris Aylward at Heat is On Campaign Launch

L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), appuyée de l’ACAF, du SCFP, du SNEGSP, de l’IPFPC et du Congrès du travail du Canada, lance une campagne intitulée Ça chauffe! pour contrer la privatisation des centrales de chauffage et de refroidissement du fédéral dans la région de la capitale nationale. Ces centrales desservent environ 100 immeubles dans la RCN, notamment ceux de la Cité parlementaire, au moyen d’un réseau de 14 kilomètres de tunnels souterrains.

Le Gouvernement du Canada veut passer un contrat de 30 ans avec un consortium pour concevoir, financer, construire (moderniser), entretenir et exploiter les centrales de chauffage dans la RCN dans le cadre d’un soi-disant partenariat public-privé. À l’heure actuelle, ce sont des travailleurs du secteur public (membres de l’AFPC) qui font fonctionner ces centrales.

Les syndicats s’opposent à ce projet de privatisation pour diverses raisons :

  • Préoccupations pour la santé et la sécurité de milliers de fonctionnaires qui travaillent au centre-ville d’Ottawa
  • Préoccupations concernant les cotes de sécurité pour les contractuels
  • Coût plus élevé du financement privé comparativement au financement public et crainte que les contribuables finissent par payer la note si le consortium venait à éprouver des difficultés, ce qui pourrait fort bien arriver

« L’entreprise privée étant axée sur les profits, je crains que la sécurité des travailleurs et du public ne soit peut-être plus la priorité lorsqu’on aura confié l’entretien et l’exploitation de l’infrastructure à un consortium pour 30 ans ou plus », a déclaré Chris Aylward, président national de l’Alliance de la Fonction publique du Canada. « Il est abondamment démontré que les coûts augmentent et que la reddition des comptes en prend un coup avec ce genre de projets de privatisation. »

« Nous avons des travailleurs du secteur public compétents et fiables qui sont parfaitement capables de faire le travail », a ajouté Greg McGillis, vice-président exécutif régional de l’AFPC pour la RCN. « Pourquoi les remplacer par de grandes entreprises privées qui ont des antécédents de mauvaise gestion et de travail de mauvaise qualité? »

Les syndicats demandent au gouvernement Trudeau de stopper immédiatement le processus et d’élaborer avec les travailleurs des centrales un nouveau plan qui permettra d’améliorer la performance environnementale du gouvernement, de réduire ses coûts en énergie et d’accroître la fiabilité et la sécurité des opérations. Après cela, les syndicats demandent au gouvernement de lancer une nouvelle demande de propositions seulement pour la conception et la construction de nouvelles centrales afin de garder dans le domaine public l’entretien et l’exploitation des installations pour assurer leur efficacité économique et une bonne reddition des comptes.

Sujets: 

2 Octobre 2018
Share/Save