Assurance-emploi : les travailleurs laissés pour compte

Du jamais vu en près de 40 ans

Depuis 2012, moins de 40 % des chômeurs touchent des prestations d’assurance emploi. En d’autres mots, plus de 60 % – la majorité des chômeurs – n’y ont pas droit. C’est une première en 40 ans!

Or, le ratio prestataires/chômeurs n’a pas toujours été aussi bas qu’aujourd’hui. De 1976 à 1990, il s’élevait à 76 % en moyenne.

Comment cela s’est-il produit?

Réforme de l’assurance emploi dans les années 90

Au cours de cette décennie, le programme d’assurance emploi a subi les quatre réformes les plus régressives de son histoire. Et voici ce qui en est résulté :

  • hausse de la durée d’emploi requise pour se qualifier à l’assurance emploi
  • réduction de la période de prestations
  • baisse du montant des prestations
  • exclusion des personnes qui démissionnent ou qui sont congédiées pour inconduite

Selon une étude menée par Développement des ressources humaines Canada, près de la moitié de cette chute serait directement attribuable aux réformes des années 90.

Marché du travail en évolution

Les transformations au sein du marché du travail expliquent aussi ce déclin.

  • Le nombre d’emplois à temps partiel et temporaires a augmenté. Or, cumuler le nombre d’heures requis pour obtenir des prestations s’avère des plus difficiles pour les personnes occupant ce type d’emplois.
  • La hausse importante de la proportion de personnes qui ne sont pas admissibles à l’assurance emploi parce qu’elles sont au chômage depuis un an ou plus.

L’assurance emploi selon Harper

En 2013, le gouvernement conservateur a chambardé à nouveau le régime d’assurance emploi. L’un des effets attendus de ces changements : l’interruption des prestations pour environ 8 000 prestataires, selon les prévisions du gouvernement.

Malheureusement, les données publiques disponibles ne sont pas suffisamment précises pour dire si ces prévisions se sont réalisées ou non. On peut toutefois affirmer que le nombre de prestataires réguliers a effectivement diminué dans l’ensemble du Canada en 2013 par rapport à 2012. Deux années marquées par un triste record : moins de 40 % des chômeurs ont eu droit à des prestations d’assurance emploi. Et la tendance se maintient, comme le constate le surintendant des institutions financières dans son rapport : à peine 38,6 % des chômeurs étaient admissibles en 2014.

Chômeurs et cotisants, mais sans prestations

Les travailleurs, tout comme les employeurs, doivent contribuer au régime d’assurance emploi. Le gouvernement n’y verse absolument rien. Le problème, c’est que la majorité des chômeurs n’ont plus droit aux prestations.

Le gouvernement puise dans l’excédent pour équilibrer son budget

Le pire, c’est que les prestataires d’assurance emploi payent des cotisations trop élevées. Ainsi, en 2013 et 2014, le gouvernement a amassé plus d’argent que nécessaire. Or, au lieu de de donner cet argent à un plus grand nombre de chômeurs, il s’en est servi pour créer un excédent budgétaire en 2015.

En somme, le programme d’assurance-emploi a un gros problème, qu’il faut régler rapidement.

Sujets : 

14 Juin 2015
Share/Save