1er anniversaire de Phénix : les syndicats réclament un fonds de réserve

Arrangez Phénix

En ce premier anniversaire de Phénix, les trois plus importants syndicats du secteur public fédéral pressent le gouvernement de prévoir un fonds de réserve de 75 millions de dollars dans son prochain budget.

Selon l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), l’Institut professionnel de la fonction publique du Canada (IPFPC) et l’Association canadienne des employés professionnels (ACEP), le fonds est essentiel pour veiller à ce que les fonctionnaires soient payés correctement et à temps.

« Nos membres sont de plus en plus frustrés par la situation. Si les ministères n’ont pas les ressources adéquates, ils ne pourront jamais régler les problèmes », déclare Chris Aylward, vice-président exécutif national de l’AFPC. « Les solutions au fiasco Phénix sont de tous ordres, pas uniquement technologiques. Avec ce fonds, les ministères pourront mieux s’attaquer aux difficultés causées par le nouveau système de paye. »

Les syndicats collaborent avec le gouvernement pour aider à résoudre les nombreux problèmes de Phénix. Or, il apparaît clairement qu’il faut affecter plus de personnel et le former convenablement pour que les agences et les ministères fédéraux puissent reprendre le dessus. Le fonds de réserve de 75 millions de dollars leur donnera les ressources dont ils ont besoin.

« De toute évidence, Phénix n’a pas généré l’efficacité et les économies prévues à l’origine », ajoute Debi Daviau, présidente de l’IPFPC. « Injecter plus de fonds pour corriger les ratés du système, c’est bien la moindre des choses après un an d’embûches avec ce système. Il faut arranger Phénix, tant pour nos membres que la population canadienne. »

« Nos membres ont fait preuve d’une patience remarquable à l’égard des problèmes de paye ; ça montre à quel point ils ont à cœur le travail qu’ils font au nom des Canadiens », dit André Picotte, le président intérimaire de l’ACEP. « En tant que syndicat, nous avons guidé nos membres vers des solutions, mais au bout du compte, seul le gouvernement peut régler le problème une fois pour toutes. »

Les syndicats incitent également leurs membres à souligner ce premier anniversaire par différents moyens d’action, par exemple en contactant leur député et en écrivant au premier ministre.

Sujets: 

23 Février 2017
Share/Save