Système de paye Phénix : l’AFPC exhorte le gouvernement fédéral à corriger la situation

Les fonctionnaires fédéraux ne devraient pas avoir à attendre pour obtenir leur paye. Or, depuis la consolidation des services de paye mise en œuvre par l’ancien gouvernement conservateur, les retards et les erreurs ne cessent de s’accumuler.

Voilà le message qu’a livré Chris Aylward, vice-président exécutif national de l’AFPC, le 7 avril dernier aux représentants de Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC).

Il faut souligner que les membres du personnel du Centre de paye de Miramichi font de leur mieux pour remettre les payes correctement et à temps. Toutefois, le manque de personnel et de formation ainsi que les lacunes du nouveau système Phénix les empêchent de bien faire leur travail. 

Les problèmes s’accumulent

Le nombre de problèmes a explosé depuis l’activation du nouveau système Phénix. Le personnel du centre de paye est constamment sous tension et la situation ne semble pas vouloir s’améliorer, bien au contraire. Bon nombre d’employés sont en congé de maladie ou cherchent activement un autre emploi. 

De plus, des membres, et même des gestionnaires, nous ont confié que le nouveau système Phénix présente de nombreux problèmes. Les erreurs de paye peuvent entraîner des situations fâcheuses pour nos membres : chèques sans provision, retards de paiement de factures et autres. 

En effet, de nombreux membres de l’AFPC qui travaillent en région isolée ou sur des navires en mer se sont rendu compte de ces erreurs au moment où ils ont été avisés que leurs paiements de services d’électricité et autres étaient en retard.

Le gouvernement joue à l’autruche

Les représentants de Services publics et Approvisionnement Canada ont accepté d’examiner les problèmes soulevés par l’AFPC. Ils se sont engagés à remédier au manque de personnel, mais n’ont pas voulu admettre que le nouveau système Phénix présente des problèmes.  

Le gouvernement est d’avis que le système Phénix fonctionne très bien. Or, l’information obtenue de nos membres qui travaillent au centre de paye et dans d’autres ministères montre plutôt le contraire.

L’AFPC demande de retarder la prochaine phase 

L’AFPC a demandé au gouvernement de retarder le transfert des dossiers prévu le 21 avril et de régler d’abord les graves problèmes soulevés par les membres. Le syndicat a également proposé que les dossiers des ministères et agences non affiliés au centre de Miramichi soient transférés de façon progressive. SPAC a refusé. Nous continuerons de communiquer nos inquiétudes et d’exhorter le gouvernement à doter le centre de paye des ressources humaines nécessaires pour corriger ces problèmes le plus rapidement possible.

Nous vous encourageons fortement à communiquer avec votre Élément si vous avez encore des problèmes à ce sujet. Les Éléments achemineront ces renseignements à l’AFPC qui, dès réception, en informera la haute direction de SPAC. 

Même si nous ne pouvons régler les cas individuels, nous pouvons exercer des pressions sur l’employeur pour obtenir une solution pour l’ensemble des membres. 

Ce que vous pouvez faire

Si vous n’obtenez pas votre paye ou que le montant de votre paye est erroné :

  • Informez-en votre gestionnaire. 
  • Sachez que les ministères peuvent vous verser jusqu’à 66 % de votre paye normale dans les 24 à 48 heures. Les gestionnaires et services financiers peuvent émettre ces paiements sans avoir à passer par le centre de paye au préalable.
  • Si vous recevez ce genre de paiement, n’oubliez pas d’en conserver la preuve, car le centre de paye n’en sera informé qu’après avoir versé votre paye et le paiement en question sera déduit de la paye suivante. 

La situation actuelle est tout simplement inacceptable et le gouvernement doit y remédier le plus tôt possible. L’AFPC continue de déployer tous les efforts possibles pour trouver des solutions aux problèmes signalés par les membres.

Sujets: 

11 Avril 2016