Le syndicat et ses membres discutent des négos avec Postes Canada

Postes Canada

Le mardi 17 octobre dernier, nos membres ont participé à trois forums téléphoniques sur l’état des négociations avec Postes Canada. Chacun a eu lieu dans une région différente pour tenir compte des fuseaux horaires. 

Elisabeth Woods, coordonnatrice de la région de la capitale nationale de l’AFPC, animait le forum. Elle était accompagnée de François Paradis, président national du SEPC, et Hassan Husseini, négociateur de l’AFPC, qui ont fait le point sur les négos et répondu aux questions des membres.

Une étape décisive

Selon François, nous sommes arrivés à une étape décisive des pourparlers avec Postes Canada. Nous retournerons à la table la semaine du 30 octobre prochain, forts du mandat confié par nos membres.

En gros, le processus de négo comprend des réunions internes des équipes et des pourparlers avec l’employeur. Les concessions majeures demandées par le patronat alourdissent généralement la charge de travail des équipes de négo et exigent de longues discussions. Ce n’est pas parce que nos échanges à la table sont polis et respectueux que nous sommes d’accord avec l’employeur. Loin de là. Postes Canada a retiré certaines des concessions qu’elle proposait, mais il reste des éléphants dans la salle. Il serait difficile de conclure rapidement une entente équitable à ce stade, car ce sont la sécurité d’emploi et la qualité de la retraite de nos membres qui pèsent dans la balance.

La sécurité d’emploi dans la mire de Postes Canada

Hassan a confirmé que la concession patronale la plus lourde de conséquences porte sur la modification de l’article 28, « Sécurité d’emploi ». En effet, l’employeur veut reformuler le libellé de l’article pour pouvoir, maintenant et à l’avenir, renvoyer n’importe quel employé qui est désigné excédentaire, peu importe son ancienneté. La possibilité de congédiements à grande échelle est aussi préoccupante. Si le nouvel article 18 voit le jour, la sous-traitance de notre travail et la privatisation des services deviendront un jeu d’enfant pour l’employeur.   

L’autre concession en litige touche les personnes retraitées. L’employeur veut augmenter leur contribution aux prestations postretraite de 35 à 50 %, ce qui revient à puiser dans les poches des retraités futurs.

Vous avez sans doute remarqué que l’employeur propose des augmentations salariales, mais il ne faut pas se leurrer : elles sont négligeables par rapport à l’importance des concessions qu’il a obtenues par le passé et qu’il veut nous imposer aujourd’hui.

Des prestations déterminées pour tous les membres

François a parlé de notre revendication visant l’inscription de tous les membres de l’AFPC au volet à prestations déterminées du régime de retraite. Lors de la dernière ronde, l’employeur a obtenu que tous les nouveaux membres de l’AFPC adhèrent au volet à cotisation déterminée, qui est moins avantageux. Selon nous, geler l’adhésion au régime à prestations déterminées se traduira par une augmentation des coûts et une atteinte éventuelle à la pérennité du régime.

Nous avons recommandé que Postes Canada soit exemptée en permanence des paiements de solvabilité, ce qui assurerait la capitalisation de la solvabilité et règlerait ce que Postes Canada qualifie de « problème ». Nous l’avons recommandé non seulement à la Société, mais au comité chargé de l’examen de son mandat. D’ailleurs, c’est la position qu’avait adoptée Postes Canada en 2009.

Une meilleure convention collective et rien de moins

Peu importe la revendication, le but est toujours le même : négocier de meilleures dispositions pour que notre contrat de travail soit juste et conforme à celui d’autres unités de négociation, qu’elles soient ou non représentées par l’AFPC. Voici ce que nous proposons :

  • La bonification des avantages sociaux
  • La modification du congé pour obligations familiales (raisons personnelles)
  • La bonification du programme d’assurance invalidité de courte durée
  • L’ajout de dispositions sur la violence conjugale
  • De meilleurs salaires
  • Le même congé de deuil que les unités du Conseil du Trésor 
  • L’abandon des dispositions à deux niveaux

Appuyez votre équipe de négo

C’est facile. Écrivez aux membres de l’équipe pour les encourager. Parlez avec vos collègues des revendications du syndicat et des effets néfastes qu’auraient les concessions demandées par l’employeur sur notre sécurité d’emploi et sur les prestations postretraite.

Vous pourrez bientôt consulter la FAQ fondée sur les interventions des participantes et participants aux forums téléphoniques. 

Sujets: 

Employeurs: 

27 Octobre 2017
Share/Save