Services de garde : la présidente de l’AFPC raconte son expérience personnelle

Robyn Benson est fière d’être grand-mère, mais les temps n’ont pas toujours été faciles. Elle a élevé seule ses enfants dans les années 1980 à Winnipeg, à l’époque où les services de garde étaient pratiquement inexistants. Regardez la nouvelle vidéo de l’AFPC pour connaître les choix difficiles qu’elle a dû faire durant cette période. 

« Quand j’ai commencé à travailler au centre fiscal de Winnipeg en 1980, j’étais monoparentale avec deux enfants. À l’époque, les garderies, ça n’existait pas », se remémore Mme Benson. Dès que ma fille a eu 10 ou 11 ans, elle a dû s’occuper de son frère. Elle avait la clé de la maison et ils devaient rentrer de l’école à pied. »

Mme Benson décrit le stress qu’elle éprouvait à l’idée de laisser ses enfants seuls à la maison ou à des services de second ordre. Elle encourage les gens à penser aux services de garde lorsqu’ils se rendront aux urnes le 19 octobre prochain. 

« Parce qu’il n’y a rien de pire que de voir une jeune mère ou un jeune père entrer sur le marché du travail et découvrir qu’il n’a pas les moyens de placer son enfant en garderie », ajoute-t-elle.

Cette vidéo est lancée dans le cadre de la semaine d’action de la campagne Votez pour les services de garde 2015. Le but de cette campagne? Militer pour que les candidats aux prochaines élections s’engagent à établir un système national de garderie abordables et sans but lucratif.

16 Septembre
Share/Save