De quoi auraient l’air les garderies si le gouvernement s’y mettait?

Nous sommes en 2020. Les gouvernements fédéral et provinciaux financement un programme de garderies universel et abordable :

  • Les enfants fréquentent des garderies accueillantes où l’apprentissage est adapté à leur contexte culturel.
  • Les éducatrices et éducateurs gagnent bien leur vie et profitent de nombreux échanges avec leurs homologues.
  • Les femmes participent pleinement à la vie active, en sachant que leurs enfants sont entre bonnes mains.
  • Les familles ne sont plus écrasées par le coût exorbitant des services de garde, ce qui leur permet de mettre un peu d’argent de côté pour leur retraite et pour les études de leurs enfants.

Des services de garde complets et universels pour la prochaine génération : telle est la vision de Services de garde 2020.

Assez rêvé. À l’heure actuelle, la majorité des parents doivent s’en remettre à un réseau de garderies morcelé et généralement non réglementé qui n’offre aucune garantie de qualité. Les familles croulent sous le fardeau financier que représentent les frais de garde, qui peuvent s’élever à 1 800 $ par mois pour un enfant d’un an dans de grandes villes comme Ottawa et Toronto.

Il faudrait peut-être rappeler au gouvernement conservateur que l’époque de « Papa a raison » est révolue depuis des décennies. Offrir aux familles l’équivalent de deux dollars par jour pour les services de garde, sous prétexte de leur donner des choix, est à la fois dérisoire et insultant : les frais de garde sont à ce point élevés que bien des mères qui voudraient travailler ne le peuvent pas. Quel choix!

Notre vidéo « Services de garde 2012 » donne un aperçu de ce que l’avenir pourrait nous réserver si le gouvernement fédéral finançait un programme national de garderies. 

14 Novembre
Share/Save