Postes Canada doit négocier de bonne foi avec le STTP

Nous appuyons les travailleurs des postes

Depuis des semaines, le Syndicat des travailleuses et travailleurs des postes (STTP) tente de conclure une entente équitable avec Postes Canada. Il a même proposé une période de réflexion avant de reprendre la négociation.

Deepak Chopra, le PDG de la société d’État nommé par Harper, a d’abord refusé de négocier et envoyé un avis de lockout. Aujourd’hui, il se dit prêt à négocier. Ces tactiques font du tort aux travailleurs des postes et à la population canadienne.

« L’AFPC demande à Postes Canada de négocier de bonne foi avec le STTP », a déclaré Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC.

« J’encourage nos membres à appuyer les travailleurs et travailleuses des postes. Ensemble, on peut changer le cours des choses à force de solidarité. »

« Postes Canada s’attaque à nos conditions de travail. Il faut à tout prix l’en empêcher », affirme François Paradis, président du Syndicat des employés des postes et communications.

Points de discorde

  • Perte des acquis
  • Privatisation
  • Fragilisation des services publics
  • Réductions et concessions excessives

Des profits faramineux

Les travailleurs jugent que les demandes de l’employeur sont déraisonnables compte tenu des profits qu’il réalise et du salaire annuel de M. Chopra (500 000 $).

Passez à l’action. Envoyez un message de solidarité :

Employeurs: 

12 Juillet 2016
Share/Save