À Postes Canada, on discute enjeux et négociations

Les membres du Syndicat des employés des postes et des communications (SEPC) se sont réunis à Ottawa la semaine dernière pour discuter des enjeux auxquels ils sont confrontés dans leur lieu de travail et préparer la prochaine ronde de négociations avec la Société canadienne des postes. 

Les sujets abordés lors de cette conférence touchent entre autres à la sécurité d’emploi, aux régimes de retraite, aux congés de maladie et à un environnement de travail plus sain. 

Claudia Labonté travaille à Postes Canada depuis 16 ans.

Claudia Labonté, spécialiste en ingénierie des procédés, travaille à Postes Canada depuis 16 ans. Elle agit comme déléguée syndicale et occupe le poste de secrétaire-trésorière au sein de sa section locale. Pour elle, la conférence sur la négociation lui a permis de comprendre que les membres de l’ensemble du pays partageaient des préoccupations communes, surtout en ce qui a trait aux congés de maladie.

En 2008, la Société a remplacé le régime de congés de maladie par un régime d'assurance invalidité de courte durée. Mme Labonté souligne que cette modification a créé des « histoires d’horreur » alors que des travailleurs n’ont pas eu droit à des congés de maladie malgré les recommandations de leur médecin. 

« Il est particulièrement préoccupant que ce soit une tierce partie, au lieu de notre médecin, qui décide si nous sommes assez malades », d’ajouter C. Labonté.

Obliger de faire appel

Hélène Arbique dénonce la même situation.  Elle travaille depuis 35 ans pour Postes Canada. Elle occupe le poste de présidente d’une section locale de Montréal et siège à l’exécutif national du SEPC. 

Hélène Arbique  travaille depuis 35 ans pour Postes Canada.

« Le fait que l’employeur a réduit le nombre de congés de maladie a causé de nombreux problèmes, surtout lorsque le congé est refusé et que les gens sont obligés de faire appel », souligne-t-elle. 

L’employeur a instauré un régime de retraite « à deux vitesses » et cela demeure une autre préoccupation majeure pour les membres. En effet, les employés plus jeunes n’ont droit de souscrire qu’à un régime à cotisations déterminées. 

« Nous préconisons les régimes de retraite à prestations déterminées, mais pour l’instant, certains de nos membres n’ont droit qu’à un régime à cotisations déterminées, dénonce Jeannie Baldwin, vice-présidente exécutive régionale de l’AFPC-Atlantique. Lorsque les gens prennent leur retraite, ils veulent savoir combien d’argent ils disposeront pour vivre et ne veulent pas être obligés de se rendre dans les banques alimentaires pour survivre. »

Militer au sein du syndicat

Si BT Nguyen a un conseil à donner aux plus récents venus c'est de militer au sein de leur syndicat s'ils veulent améliorer leurs régimes de retraite, de congés de maladie et leur sécurité d’emploi. Il travaille depuis deux ans à Postes Canada à Hamilton et n’a pas cessé de militer depuis au sein du SEPC/AFPC. 

«Jeannie Baldwin (VPER de l'AFPC, région de l'Atlantique), Tom Milne (Agent de négociation), François Paradis (Président national du SEPC) Grâce au syndicat, les travailleurs sont protégés et ont droit à une sécurité d’emploi et des avantages sociaux et si nous souhaitons que le syndicat poursuive ce travail, il faut participer et le soutenir. »

Jeannie Baldwin est convaincue que ces efforts de solidarité contribueront à négocier une meilleure convention collective à Postes Canada. 

« Notre groupe milite activement et est engagé à améliorer ses conditions de travail. Espérons que l’employeur viendra à la table pour négocier de bonne foi et montrer à nos membres que Postes Canada respecte leur travail. »

Le SEPC élit son équipe de négociation

Les membres de l’AFPC qui travaillent à Postes Canada ont profité de leur dernière conférence sur la négociation pour élire l'équipe qui négociera leur prochaine convention collective avec l’employeur :

  • Brian Collins, Atlantique
  • Andrea Rankin, Ouest
  • Denise Tremblay, RCN
  • Jacqueline Gujarati, Ontario
  • Joey De La Fontaine, Québec

Tom Milne et Janson LaBond, respectivement négociateur et agent de recherche de l’AFPC, leur prêteront main-forte à la table.

Nous vous tiendrons au courant de l’évolution des négociations. 
 

Sujets: 

Employeurs: 

28 Avril 2016
Share/Save