Non à la fermeture du Centre de Vegreville

Le 19 octobre, les fonctionnaires du Centre de traitement des demandes d’immigration de Vegreville auront un choix à faire : déménager à Edmonton, se taper trois heures de route ou quitter l’emploi qu’ils aiment. Le 19 octobre, c’est aussi le deuxième anniversaire de l’élection du gouvernement libéral de Justin Trudeau qui avait promis de respecter les fonctionnaires.

La fermeture du Centre dévastera cette collectivité rurale albertaine déjà durement touchée par le contexte économique actuel. Les collectivités rurales jouent un rôle crucial au pays et nous devons faire en sorte qu’elles demeurent fortes et dynamiques.

« Au cours de la dernière élection fédérale, le Parti libéral a promis de traiter avec respect les fonctionnaires et les services qu’ils offrent à la population. En omettant de consulter les travailleuses et les travailleurs de Vegreville à propos de cette fermeture, il a manqué à cette promesse. »

– Robyn Benson, présidente nationale de l’Alliance de la Fonction publique du Canada

« Le Centre est l’un des principaux employeurs de Vegreville. Il emploie même des personnes des municipalités environnantes. La stabilité d’emploi et de revenu qu’il procure a attiré chez nous de nouveaux résidents, faisant grimper la valeur des biens immobiliers ainsi que l’assiette fiscale de la municipalité. Aujourd’hui, nous sommes donc en mesure d’offrir davantage de services et d’attirer de nouvelles entreprises. »

– Myron Hayduk, maire de Vegreville

Témoignages de citoyens de Vegreville

« J’ai pu constater à quel point les gens d’ici ont été dévastés par l’annonce de la fermeture du Centre. »

– Gérant d’un restaurant local

« Le Centre de traitement des demandes est très important pour plusieurs résidents et entreprises de Vegreville. »

– Propriétaires de petites entreprises locales

« Demander aux gens de faire quatre heures de route chaque jour, ce n’est pas bon, ni pour l’économie, ni pour les familles. »

– Employé excédentaire du Centre de traitement des demandes

« Les familles albertaines qui vivent en milieu rural ont le droit d’avoir accès à des postes à la fonction publique fédérale. »

– Employée du Centre de traitement des demandes

« Le Centre, c’est ma famille… mes amis. »

– Employé du Centre de traitement des demandes

#respectvegreville
Share/Save