L’AFPC sauve le centre de la petite enfance Guy Favreau menacé de fermeture imminente

Grâce à l’intervention de l’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC), le CPE du Complexe Guy-Favreau ne fermera pas ses portes. Cette victoire revêt une grande importance pour les fonctionnaires fédéraux et leurs enfants ainsi que pour la campagne nationale sur les services de garde de l’AFPC.

Le centre de la petite enfance, installé dans un immeuble fédéral, est l’un des premiers CPE établis en milieu de travail dans le cadre d’une initiative du gouvernement fédéral visant à rendre les services de garde plus accessibles aux fonctionnaires fédéraux ainsi qu’à d’autres parents.

Depuis l’abolition du parrainage d’Emploi et Développement social Canada, le CPE peinait à trouver les fonds pour payer un loyer annuel qui est passé de 0 $ à 190 000 $. Une hausse des frais de garde ne pouvait être envisagée puisqu’au Québec ces frais sont plafonnés par la loi afin que les services de garde demeurent abordables pour tous.

Pendant deux ans, l’AFPC a travaillé de près avec des parents et la direction du CPE pour exercer des pressions auprès de Services publics et Approvisionnement Canada, locateur des immeubles, afin de trouver une entente de financement qui éviterait la fermeture du CPE.

« La bataille pour maintenir ce centre ouvert fait partie intégrante de notre campagne nationale sur les services de garde, a déclaré Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC. Ces efforts témoignent de notre détermination à rendre les services de garde abordables et accessibles à tous les employés de l’État et à tous les parents canadiens. »

Les pressions politiques exercées par l’AFPC et ses alliés ont porté fruit :  les gouvernement fédéral et provincial ont consenti des fonds pour couvrir le loyer de 2017 et 2018. Et l’AFPC continue ses pressions pour que les gouvernements modifient leur politique en la matière et garantissent un financement permanent à long terme des services de garde en milieu de travail, comme le CPE Guy-Favreau, afin de leur assurer un avenir meilleur. De plus, l’AFPC réclame un plus grand nombre de garderies dans toutes les régions du pays. Voilà un important dossier à confier au nouveau Comité national mixte sur les services de garde AFPC-Conseil du Trésor, mis sur pied au cours de la dernière ronde de négociation.

L’accès à un réseau de service de garde d’enfants abordables et durables est essentiel si nous voulons que les parents puissent participer activement au marché du travail.

La campagne sur les services de garde de l’AFPC réclame la mise en place d’un réseau de garde d’enfants de qualité, abordable et accessible à toutes les familles canadiennes, peu importe leur lieu de résidence.

Sujets: 

19 Janvier 2018
Share/Save