Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes

À l’occasion de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes, l’AFPC réaffirme sa volonté d’éliminer toutes les formes de violence fondée sur le sexe.

Le 6 décembre marque l’anniversaire du massacre qui a coûté la vie à 14 jeunes femmes de l’École Polytechnique de Montréal en 1989.  

Depuis :

  • Tous les six jours, une femme a été tuée par son partenaire intime au Canada.
  • Plus du tiers des femmes ont été victimes de violence conjugale.
  • Des milliers de filles et de femmes autochtones ont disparu ou ont été assassinées. Nombre de ces affaires ne sont toujours pas résolues.
  • Plus de 7 % des Canadiennes et des Canadiens se trouvent dans une relation abusive.

Agir pour contrer la violence fondée sur le sexe

Aujourd’hui, l’AFPC lance sa campagne 10 jours de congé payé. Elle enjoint aux différents ordres de gouvernement de donner 10 jours de congé payé aux victimes de violence conjugale à leur emploi pour qu’elles puissent se présenter à des rendez-vous médicaux, consulter leurs avocats, obtenir du counselling ou déménager. Elle continue à renseigner ses membres sur l’incidence de la violence conjugale au travail et revendique des mesures concrètes à la table de négociation.

L’AFPC salue l’enquête lancée par le gouvernement fédéral sur les filles et les femmes autochtones disparues et assassinées, en espérant qu’elle rendra justice aux familles éprouvées et les aidera à guérir. Les nouvelles mesures législatives visant à renforcer le traitement des cas de harcèlement au palier fédéral nous réjouissent et nous nous permettons d’espérer qu’elles déboucheront sur un mécanisme pour contrer le harcèlement systémique. Enfin, l’AFPC demande au gouvernement du Canada d’adopter un plan d’action national contre la violence fondée sur le sexe.

Sujets: 

6 Décembre 2017
Share/Save