Journée de la Terre

Les changements climatiques, ça compte pour nous

L’an passé, à l’occasion de la Journée internationale de la Terre, nous avons envoyé un sondage à nos membres pour connaître leurs vues sur les changements climatiques.

  • Plus de 92 % des membres qui ont répondu au sondage se sont dit très préoccupés par :
    • la pollution de l’eau
    • l’exploitation des rivières, lacs et océans
    • la destruction des habitats
    • la pollution de l’air
       
  • Plus de 80 % des membres qui ont répondu au sondage pensent que l’AFPC devrait s’allier à d’autres syndicats et organismes pour faire face aux changements climatiques en :
    • protégeant les régions sauvages et les parcs nationaux
    • encourageant les transports publics
    • entreprenant la rénovation éconergétique des maisons et des lieux de travail
    • en investissant dans d’autres formes d’énergie

Nous acceptons ce mandat donné par nos membres, car nous savons que notre avenir, et celui de nos enfants et petits-enfants, sont menacés si on répond aux besoins du présent en compromettant la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins.

Les scientifiques n’avaient pas prévu la rapidité avec laquelle le climat change : le niveau de la mer s’élève, les vagues de chaleur et les crues exceptionnelles se multiplient, les glaces arctiques fondent à un rythme alarmant.

2015 est une année importante

Depuis 1992, en décembre, chaque année, les gouvernements convergent vers une ville différente pour négocier un accord de réduction des gaz à effet de serre, dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

On appelle ces rencontres « Conférences des Parties ». En 2011, à la 17e conférence, qui a eu lieu à Durban, en Afrique du Sud, les gouvernements ont convenu de conclure une entente internationale contraignant sur le climat en 2015. Cette entente devrait voir le jour plus tard cette année, lors de la 21e rencontre, qui se tiendra à Paris. Elle servira de référence à l’action internationale future sur les changements climatiques. Ne ratons pas cette occasion historique.

2015 est également une année importante pour nos membres et leurs familles, car c’est une année électorale au Canada. Ne ratons pas l’occasion d’élire un gouvernement qui prend les changements climatiques au sérieux et y répond.

Bilan du gouvernement actuel au chapitre des changements climatiques

Le gouvernement actuel a affaibli les mesures de protection de l’environnement, aboli des milliers de postes de fonctionnaires dans le secteur et mis des batons dans les roues aux pourparlers de la CCNUCC. Si certaines provinces ont fait des efforts pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, ce n’est certainement pas le cas du gouvernement fédéral.

Au lieu d’agir pour contrer les changements climatiques, le gouvernement envenime les choses. Le Canada se classe 58e parmi 61 pays développés pour l’indice de performance en matière de changement climatique, publié conjointement par Climate Action Network Europe et German Watch en 2015. En voici un extrait :

Au Canada (58e position), rien n’a changé et rien n’est fait au niveau du gouvernement. Le Canada ratera de 20 % la cible qu’il s’est fixée pour réduire les émissions d’ici 2020. Les seules politiques efficaces ont été adoptées par les provinces.

 

À l’AFPC, nous travaillons pour un pays qui crée des emplois durables et de qualité, qui protège l’environnement et qui encourage l’égalité de tous les citoyens.

En 2015, il faut agir. Élisons un gouvernement qui se préoccupe de l’environnement et qui agira sérieusement pour contrer les changements climatiques. 

Sujets: 

14 Avril 2014
Share/Save