Congés de maladie dans la fonction publique : les faits

Des chiffres trompeurs

Dans son dernier rapport, intitulé Analyse financière des congés de maladie de la fonction publique fédérale, le directeur parlementaire du budget (DPB) déboulonne les mythes sur les congés de maladie véhiculés par le Conseil du Trésor.

  • Selon le Conseil du Trésor, les fonctionnaires prendraient « en moyenne » 18,26 jours de congé de maladie par an. Ce nombre comprend les absences découlant de blessures subies au travail et les congés de maladie non payés.
  • Le DPB estime, en s’appuyant sur les données du Conseil du Trésor, que les fonctionnaires prendraient en moyenne 11,5 jours par année. Il s’agit de moyennes artificielles qui ne représentent pas fidèlement l’usage que font les fonctionnaires de leurs crédits de congé de maladie. Ainsi, le gouvernement n’explique pas que cette moyenne est faussée par le petit nombre de fonctionnaires, comme, par exemple, ceux qui travaillent dans des milieux à haut risque et très stressants, tels que les services correctionnels, et qui doivent prendre plus de congés vu la nature de leur travail. De plus, ce chiffre prend aussi en compte les personnes qui souffrent d’une maladie prolongée et écoulent leurs congés de maladie avant d’être admissibles à l’assurance-invalidité.
  • Le DPB dit que « [l]es données fournies par le SCT ne permettent pas de déterminer l’ampleur de cette surestimation [due, en partie, à l’inclusion des congés d’invalidité] ». Le rapport répète que les données reçues du SCT sont problématiques et rendent l’analyse difficile.
  • Ce qui est sûr, c’est que les chiffres sont biaisés par l’obligation faite aux fonctionnaires d’écouler tous leurs congés de maladie avant de passer à l’assurance-invalidité de longue durée. Et comme les congés de longue durée sont en hausse, on se retrouve devant une véritable crise de santé mentale dans la fonction publique, ce que confirme la Global Business and Economic Roundtable on Mental Health.

Le gouvernement conservateur veut retirer les droits en matière de congés de maladie et confier en sous-traitance la gestion du système de congés de maladie.

Si le gouvernement veut parler de l’amélioration du système actuel, nous sommes prêts à discuter. Autrement, nous ne sommes pas intéressés.

Les chiffres du gouvernement ne tiennent pas la route

Une comparaison honnête des secteurs privé et public révèle que c’est au privé qu’il y a des problèmes. Souvent, les travailleurs du secteur privé ne sont pas rémunérés quand ils sont en congé de maladie. Résultat : leur congé n’est pas comptabilisé.

Statistique Canada signale qu’en tenant compte du sexe, de l’âge et de la syndicalisation, les taux de congés de maladie du secteur public et du secteur privé sont comparables.

Les congés de maladie servent de filet de sécurité

Les congés de maladie sont un filet de sécurité : il est bon de savoir qu’on peut s’en servir lorsqu’on est malade. Grâce à ces congés, on peut reprendre le travail en santé, plutôt que de travailler malade.

La convention collective : un outil efficace

Si les congés de maladie posent problème, c’est à l’employeur d’assumer ses responsabilités. Nos conventions collectives donnent aux gestionnaires les moyens de gérer les congés de maladie de façon responsable.

Tony Clement gonfle le coût des congés de maladie

La banque de congés de maladie n’est ni un « cadeau » ni une « dette » de plusieurs milliards de dollars. Les fonctionnaires fédéraux ne peuvent les encaisser. En général, les travailleurs ne sont pas remplacés lorsqu’ils sont malades et doivent donc redoubler d’efforts lorsqu’ils reviennent au travail.

Des milieux de travail sains signifient de meilleurs services pour la population

Personne ne devrait se présenter au travail malade. Ceux qui le font prennent plus de temps à guérir, risquent de propager la maladie et sont moins aptes à fournir les services essentiels dont ils sont responsables.

Mettons plutôt l’accent sur le mieux-être au travail. Quand on est malade, on doit pouvoir compter sur des congés. On peut ainsi continuer à offrir des services publics de qualité à la population canadienne.

Défendons les congés de maladie. Nous en avons besoin!

Ensemble, nous pouvons préserver les congés de maladie

Appuyez votre équipe de négociation. Parlez-en à vos amis et collègues. Défendez les congés de maladie et les services publics.

Sujets : 

3 Avril 2014
Share/Save