Le centre de traitement des demandes de Vegreville ne doit pas fermer

La présidente nationale de l’AFPC, Robyn Benson, somme John McCallum, ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, d’annuler le déménagement du centre de traitement des demandes de Vegreville à Edmonton.

La lettre qu’elle lui adressait plus tôt cette semaine comportait aussi un avertissement : « Ce déménagement aura un impact dévastateur, non seulement sur les 280 fonctionnaires et leurs familles, mais aussi sur l’ensemble des citoyens de Vegreville.

« Il entraînera la perte d’autres emplois, la fermeture d’entreprises, la baisse de la valeur des propriétés et affaiblira l’assiette fiscale, ce qui compliquera d’autant plus la gestion des hôpitaux, des écoles et d’autres services communautaires essentiels. »

Des travailleurs sous le choc

Lorsque le gouvernement a annoncé son intention de fermer le centre de Vegreville, le 27 octobre dernier, c’était la consternation parmi les fonctionnaires.

La présidente Benson exhorte le ministre à collaborer avec l’AFPC, le personnel du centre et la population de Vegreville pour en arriver à une solution qui convienne à tous.

Sujets: 

Géographie: 

2 Novembre 2016
Share/Save