Budget 2016 : Réinvestissons dans les gens au cœur des services

L’Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) se réjouit que le gouvernement libéral mette fin à l’austérité, du moins pour l’instant et investisse dans le bien-être des Canadiennes et des Canadiens.  

« Les fonctionnaires fédéraux mettront l’épaule à la roue pour qu’adviennent les changements annoncés par le fédéral. Il faut donc donner aux ministères les ressources dont ils ont besoin », a déclaré Robyn Benson, présidente nationale de l’AFPC. 

Pour que le budget fédéral atteigne son objectif global, le gouvernement devra s’engager à réparer les dégâts causés les conservateurs : gel au sein des ministères, réductions d’emplois et coupes dans les programmes. 

L’austérité, c’est fini

Les conservateurs ont coupé 14,5 milliards de dollars et 30 000 emplois, affaiblissant ainsi la capacité du gouvernement libéral à offrir des services de qualité à la population et à tenir ses promesses électorales. 

« Le gouvernement investit davantage dans certains secteurs, mais cela ne devrait pas se faire au détriment d’autres services fédéraux », ajoute la présidente Benson. 

L’AFPC constate avec plaisir que la réforme de l’assurance emploi est un enjeu prioritaire pour le gouvernement. Ainsi, le budget prévoit l’embauche de personnel pour offrir de meilleurs services dans les centres d’appels et de traitement des demandes.

Au service des anciens combattants

L’AFPC salue la décision du gouvernement de rouvrir les bureaux d’Anciens Combattants Canada et d’étendre les services à Surrey et dans le nord du pays. La réduction du ratio clients-gestionnaire de cas est une bonne nouvelle, tant pour les vétérans que pour les fonctionnaires qui les aident.

Le syndicat tient toutefois à préciser que les promesses contenues dans le budget seront vaines si le personnel ne peut suffire à la tâche. 

Salubrité alimentaire

Pendant la campagne électorale, les libéraux ont promis d’injecter 80 millions de dollars sur quatre ans dans les programmes d’inspection des aliments. 

« Certes, le budget propose d’octroyer 38,5 millions de dollars sur deux ans afin de moderniser le système canadien de salubrité des aliments. Pendant ce temps, nos membres se plaignent du manque de personnel de première ligne pour veiller au respect des normes de salubrité, surtout dans les usines de transformation des viandes », ajoute Benson. 

Services de première ligne

« Pour l’AFPC, l’arrivée au pouvoir d’un nouveau gouvernement signalait l’amélioration des services publics de première ligne. Mais pour apporter de vrais changements, il faut y  mettre les ressources financières et humaines nécessaires », conclut Robyn Benson. 
 

Sujets: 

22 Mars 2016
Share/Save