Pour améliorer la qualité des services d’assurance-emploi, il faut investir davantage

Dans son Rapport sur l’examen de la qualité des services d’assurance-emploi, le comité d’examen a présenté une série de recommandations afin d’améliorer la prestation des services d’assurance-emploi. Ce rapport est le fruit de consultations auprès de membres de l’AFPC/SEIC, de syndicats, d’employeurs et d’autres intervenants.

Plus de ressources =  de meilleurs services

Les recommandations du comité sont un premier pas dans la bonne direction. Maintenant, c’est au tour du gouvernement d’y donner suite en prévoyant, dans le prochain budget, les crédits nécessaires pour restaurer et améliorer les services d’assurance-emploi.

« Si le gouvernement veut vraiment offrir de meilleurs services aux Canadiennes et Canadiens, il n’y a qu’une solution : embaucher plus d’employés. Et pour ça, il faut donner plus d’argent au ministère », déclare Robyn Benson, présidente de l’AFPC.

Le comité d’examen recommande d’adopter la pratique de la « résolution au premier contact », qui consiste à répondre adéquatement aux besoins du client dès le départ. L’AFPC est parfaitement d’accord avec cette recommandation et suggère aussi qu’on forme en conséquence le personnel de première ligne à Service Canada, qu’il soit dans les centres d’appels ou dans les bureaux.

On ne veut pas d’un autre fiasco Phénix

Le comité d’examen propose de moderniser les technologies utilisées dans les centres d’appel. Et l’AFPC appuie cette recommandation à condition que le gouvernement libéral tire les leçons du fiasco Phénix. Il devra impliquer ceux et celles qui offrent les services et tenir compte de leurs suggestions pour éviter un autre gâchis.

L’AFPC et son Élément, le Syndicat de l’Emploi et de l’Immigration du Canada (SEIC), insistent pour que le gouvernement mette à contribution les travailleurs et les syndicats à toutes les étapes de l’élaboration de son plan d’action sur ces questions.

Principales recommandations faites par l’AFPC/SEIC durant les consultations

  • Accroître le nombre d’employés dans les trois secteurs d’activité du programme d’assurance-emploi
  • Mieux former et mieux encadrer le personnel de première ligne, des centres d’appels et des centres de traitement des demandes
  • Mettre l’accent sur la qualité des services, pas uniquement sur la quantité.

Sujets: 

3 Février 2017
Share/Save